De la mère au foyer à la féministe maternante

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Cecile dit :

    Eh bien moi je dis bravo ! Et je t’admire. Il faut assumer jusqu’au bout. Et cela me fait penser à ma fille de bientôt 9 ans qui en ce moment, veut « têter » (et pousse les hauts cris quand on parle de sexe, mais le montre sans complexe en jouant sur son lit sans culotte) bref. Bravo, et merci !
    Moi ça me fait du bien aussi d’aller bosser (mère indigne qui met ses enfants au centre de loisirs…)

  2. mamadonne dit :

    Merci pour ton commentaire 🙂 oh je ne pense pas que tu sois une mère indigne car tu mets tes enfants au centre de loisirs ! Ou alors on est toutes indignes à un moment ou à un autre (-;

  3. Lili dit :

    Ouais, je ne pense pas que ce soit moins digne de travailler que d’élever son enfant, et inversement ! Ce qui est important, et Mamadonne l’a bien mis en avant, je trouve, c’est cette notion de choix. Pour moi, un bon féminisme (et « humanisme », même si ce n’est pas le mot qui convient, peut être), c’est celui qui permet et accepte que chacune/chacun puisse faire le choix qui lui correspond à un moment donné. Je suis aussi Till The Cat, qui lui a choisi avec sa compagne que lui serait père au foyer. C’est leur choix, ils n’en sont pas moins une famille équilibrée.
    Me questionnant aussi sur ce choix – j’envisage de me mettre à mon compte tout en « oeuvrant » pour avoir un titou – mais d’un autre côté, je me pose aussi la question de savoir si je veux confier mon gamin à une structure d’accueil en permanence… Non qu’elles soient incompétentes… Mais vu le bordel pour pouvoir être mère, je ne sais pas si j’aurai envie de m’éloigner de sa croissance ensuite…
    Apres, j’ai eu le modèle de ma mère qui a organisé sa vie professionnelle autours de nos différents âges – congé parental en petite enfance, mi-temps de nuit en primaire, travail en horaire de bureaux au collège, temps complet de personnel soignant au lycée – ce qui fait qu’elle a toujours été présente comme il fallait pour nous. Donc forcément, ca guide dans ce sens…

  4. Stef dit :

    Bravo pour cet écrit…
    Cela fait du bien de lire ça, je suis un peu en plein doutes en ce moment. Moi aussi j’ai décidé de laisser mon cdi d’éducatrice pour m’occuper de mon petit qui a maintenant 10 mois. C’est pas simple d’être dépendante financièrement, d’avoir le regard de la famille sur le fait de pas bosser mais moi aussi je me dis que c’est ce qu’il y a de mieux pour mon fils. Parfois cela me manque de pas voir plus de monde, de me sentir utile auprès des familles que j’aidais à mon boulot mais bon, la mienne passe avant.
    Y’a des jours de questionnements, aujourd’hui c’était le cas mais de vous lire me confirme que je fais le bon choix 🙂
    Merci et bonne continuation!

  5. Haribote dit :

    Je partage ce point de vue, je le vis et je le désire plus que tout !!! J’essaie que ma famille évolue encore plus vers un choix de vie décalée mais raisonnée …. ce n’est pas facile de convaincre mon conjoint mais je vais y arriver 😉
    Je crois que si on s’écoute, on sent ce qui est le mieux pour soi !

  6. Claudia dit :

    Je suis dans la même situation mais avec une petite madame de 3 ans. Comme toi, je dis souvent à mes copines que je n’ai jamais été aussi féministe! Vive la liberté de choisir (quand c’est possible).

Répondre à Claudia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *